Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #culture catégorie

2017-09-18T08:26:39+02:00

psychosomatique (1)

Publié par sulamite -

On

admet

généralement

que 10 à 20 pour-

cent de la population

souffre par moments de

dépressions ou d'angoisses qui

requièrent un traitement au sens plus

étroit. Les détresses de l'âme se traduisent

par des symptômes physiologiques.

Notre langage ne manque pas

d'images pour traduire la

relation entre le corps

et l'âme :

  • On se casse la tête pour résoudre un problème.
  • Quelque chose nous est resté sur l'estomac.
  • On a le cœur lourd et l'émotion nous serre la gorge.
  • "Tantôt la peur nous donne des ailes aux talons… tantôt elle nous cloue les pieds et les entrave." (Montaigne)

De telles manières de s'exprimer

ne sont pas un simple

langage fleuri pour

refléter des

sentiments.

Elles

traduisent

le lien entre les

conflits intérieurs, le

système nerveux et le corps

. La Bible connaît déjà ces

relations. Les psaumes

sont riches en

images

psychosomatiques 

David se

plaint :

"L'opprobre

me brise le cœur,

et je suis malade." (Ps 69)

En termes saisissants, il décrit

sa peur d'enfoncer dans la boue -

ce sentiment panique

insupportable de

n'avoir plus

aucun

fond.

 

psychosomatique (1)


Comment

pouvons-nous

gérer nos troubles

psychosomatiques? Il

y faut, à mon avis, une

discussion à trois

niveaux :

un

dialogue

avec moi-même,

un dialogue avec Dieu

et un dialogue avec le prochain.

Parler avec moi-même;

les symptômes psychosomatiques

sont des signaux d'alarme sur le tableau

de bord de notre existence. Ils nous indiquent

ce qui ne va plus dans notre vie. Dans le dialogue

intérieur, il y a donc lieu de se demander : quel

est le message de mes avertisseurs

psychosomatiques? - Où ai-je

trop de tensions ou de

conflits? - Où suis-je

dans l'erreur avec

mes valeurs? -

Où est-ce

que

mes perceptions

sont trop stressées, au

point de fausser mes priorités? -

Où suis-je trop sensible? - Où pourrait-il

y avoir un correctif nécessaire que je refuse

depuis longtemps déjà? Le langage de la foi est

encore plus net : Où est-ce que Dieu veut me

dire quelque chose que je refuse

constamment? - Où veut-il me

montrer quelque chose

qui me heurte

tellement

que je

le

repousse

sans cesse? -

Où est-ce que je

me sers de mes troubles

physiques pour me soustraire

à mes tâches ou pour éviter

des relations

délicates? 

 

 

 

2017-09-02T08:21:02+02:00

ovins

Publié par sulamite -

 

Les
 moutons
 sont suiveurs
 dociles par nature.
 Ils ont une bonne mémoire 
et leurs souvenirs doivent 
être favorables autant
 que faire se peut.
Les moutons
 ont un 
sens
 de 
l’ouïe
bien développé. 
Mais leur vision périphérique 
est très limitée. Les moutons voient 
le monde avec des yeux différents des 
nôtres. Les moutons ont les yeux
 de chaque côté de la tête. Ils 
ont un champ de vision 
binoculaire 
étroit 

 

ovins

 


devant
 la tête et
 un large champ 
périphérique de vision
 monoculaire. La zone à 
l’arrière du mouton est un point 
mort lorsqu’il a la tête levée. S’il approche
 d’un mouton par-derrière, le
 manipulateur demeure
 visuellement caché
 et a une meilleure
 chance de 
l’attraper
 La
 tête baissée 
pour brouter, le 
mouton voit dans
toutes les directions, 
une bonne adaptation
 défensive qui lui
 permet de voir 
les prédateurs 
d’où qu’ils
 viennent

 

2017-08-22T06:58:26+02:00

méreau

Publié par sulamite -

 

Le

méreau

 est une sorte

de « bon pour »,

un signe de reconnaissance

ou encore, un laisser-passer qui

prend la forme la plus commune d'un

jeton en plomb ou étain. Les

méreaux existent depuis le

Moyen Âge..Au temps

des Assemblées

au « Désert »,

ils

 

méreau

 

serviront

à admettre sans

crainte les assistants

inconnus et ainsi éloigner

les espions potentiels.Au temps

de Calvin, les anciens d’une église

protestante les distribuaient aux fidèles

qui étaient dignes de communier

à la Cène.Ce qui explique

la représentation

fréquente de

la coupe

et

du pain

sur une face

Les moules à méreau

qui ont pu  être conservés,

sont fort peu nombreux. La

 Maison du protestantisme charentais

 a la chance de posséder celui

qui a permis de fabriquer

les méreaux dits

«de La

Tremblade »

 Il est en cuivre

et en parfait état de

fonctionnement.

 

 

 

2017-08-18T07:46:53+02:00

Telos et skopos

Publié par sulamite -

 

Et

tout,

quoi que

vous fassiez,

en parole ou en

oeuvre, faites tout

au nom de l'Adôn Iéshoua‘,

en remerciant par

lui Elohîms,

père.

Col

3:17  

 

2017-07-30T12:39:25+02:00

logothérapie

Publié par sulamite -

 

 

Victor

Frankl,

psychiatre,

docteur en médecine

et en philosophie, a conçu,

appliqué et enseigné la "logothérapie",

une méthode qui permet d'échapper au désespoir

et de trouver goût à la vie en lui découvrant... un sens

(logos).  Frankl, qui avait traversé l'épreuve de la
déportation,pouvait témoigner de son vécu : 

» Au camp......les manifestations

religieuses étaient tout

à fait authentiques.

Les nouveaux

venus
 

 

logothérapie
 

 

 

étaient

souvent frappés

par l’intensité de la foi des

prisonniers. Ils s’étonnaient d’entendre

réciter des prières ou de voir célébrer des offices

dans le coin d’une baraque.Malgré le caractère

primitif de la vie concentrationnaire,le prisonnier

pouvait y mener une vie très riche. Grâce à

elle il pouvait échapper à l’enfer du camp

et retrouver une liberté

intérieure. »

 

 

2017-07-09T08:00:37+02:00

Benn

Publié par sulamite -

Benn

(Benejou

Rabinowicz)

est né en 1905

en Russie. Il s’installe

à Paris en 1929 et ne quitte

plus la capitale, dont il suit et enregistre

toutes les oscillations de l’art.

Jean Cocteau dira qu'il

est «un peintre fidèle

à son style et qui

ne cherche

pas à se

rajeunir.

Immobile et

sage, à l’épicentre

d’un cyclone de formes

et de couleurs ».

 Bouleversé

par

 

La paix et la justice s'embrassent

La paix et la justice s'embrassent

 

la

guerre

qui anéantit

sa famille d’origine

juive, Benn se réfugie

dans l’univers de la Bible.

Pour sensibiliser le spectateur

au texte sacré, il le traduit jusqu’à

sa mort en une expression tellement

dépouillée et humaine qu’elle dépasse les

frontières des religions. Benn fut surtout

connu comme un peintre d’inspiration

biblique. Illustrateur des Psaumes

et du Cantique des Cantiques,

il recherchait dans son

travail l’image d’un

monde

harmonieux,

lyrique, touchant

et surtout

spirituel.

2017-06-13T07:35:02+02:00

non verbal

Publié par sulamite -

l'hébreu

est une langue

qui ne connaît pas

l'abstraction. Les notions

abstraites se disent à travers

des expressions concrètes. Ainsi,

pour dire la colère, on dira que " les narines fument ".

La peur se dit en hébreu avec le mot halhalla.

Ce substantif est construit sur la racine

du verbe " trembler, se tordre ".

Au lieu de dire

" cette

personne

a peur ", on

dira en hébreu "

cette personne est

saisie de tremblement ".

Le langage non verbal est

donc largement présent dans l'AT

car l'état émotionnel est

souvent exprimé par

des descriptions

du physique

La

traduction 

de Chouraqui

rend bien compte

de cette

réalité

 

 

 

 

non verbal

 

Gn 4:6 

IHVH–Adonaï
 
dit à Caïn: «Pourquoi
 
cela te brûle–t–il, pourquoi
 
tes faces sont–elles
 
tombées?
 
ce
 
verset décrit 
 
la colère et la tristesse 
 
associées 
 
 
 
 
 
 

2017-06-09T08:05:24+02:00

courage

Publié par sulamite -

 

Pour

Tillich,

il y a sinon

identité du moins

étroite intrication entre

la vie, le courage et la foi.

La vie demande

toujours du

courage

et

le courage

est toujours

une foi. Se lever

tous les matins, se laver,

s’habiller, se nourrir, s’occuper

à diverses choses, c’est affirmer l’être

en dépit du non-être ; c’est croire qu’il y a du sens,

même si on ne voit pas lequel ; c’est

lutter contre la mort, l’empêcher,

fut-ce provisoirement, de

l’emporter ; c’est ne

pas se laisser

paralyser

par

le

sentiment

de son insuffisance,

de son indignité. En agissant,

on affirme implicitement, parfois

inconsciemment, qu’il y a des

choses qu’on doit faire,

qui méritent d’être

faites, que cela

en vaut la

peine.

Si  

courage

Le

courage

se rencontre

parfois dans des

conditions exceptionnelles

(on parle alors d’héroïsme), il

se déploie d’abord et surtout dans

le quotidien, dans le banal, dans

l’ordinaire de l’existence. Il y

a une affirmation

pratique

de

l’être

contre le

non-être, à

laquelle nous

ne pouvons pas

échapper du seul fait

que nous vivons. Le courage

est, certes, inégalement distribué,

mais personne n’en est

totalement ou

entièrement

démuni.

Dans

cette perspective,

Tillich estime qu’en

tout être humain, il y a

une foi, pas forcément une

foi religieuse, mais une foi en

des valeurs, une foi dans la vie. La

foi ne se situe pas à côté ou à propos de

la vie, quand on essaie de la comprendre ou

de réfléchir sur elle. Elle surgit du cœur

même de la vie ; elle est la vie, elle est

ce courage d’être qui fait d’elle

ce qu’elle est. Le courage,

c’est à dire l’affirmation

de soi qu’implique

chaque moment

de notre

existence

implique une

transcendance,

puisque sa source ne

se situe ni dans le monde

ni en nous. Cette transcendance,

ce « Dieu inconnu » et pourtant toujours

proche, prend visage pour nous dans une révélation.

La Révélation rencontre et dévoile quelque chose

que nous portons en nous. Tillich nous invite à

nous étonner du banal et du courant, et à

développer une spiritualité non pas de

l’extraordinaire, mais du quotidien.

Le fait même de vivre a une

grande profondeur et

nous découvrons

que la présence

de Dieu est

constitutive

de notre

existence.

 

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog