Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2008-06-30T08:36:00+02:00

Prayer

Publié par sulamite -


Je prie que tu sois nos yeux, et observe où nous allons

Et nous aide à être sage dans les moments où nous ne savons pas

Que ceci soit notre prière, quand nous perdons notre route

Mène-nous à l'endroit, guide-nous avec ta grâce

A un endroit où nous serons en sécurité

 

- La lumière que tu as -

Je prie que nous trouvions ta lumière,

- Dans le coeur restera -

Et que nous la tenions dans nos coeurs

- Pour se rappeler que -

Quand les étoiles sortent chaque nuit,

- Tu es mon étoile éternelle -

- Dans ma prière -

Que ceci soit notre prière

- Combien de foi il y a -

Quand les ombres remplissent notre jour

Mène-nous à un endroit, guide-nous avec ta grâce

Donne-nous la foi alors nous serons en sécurité

 

- On rêve d'un monde sans violence -

- Un monde de justice et d'espérance -

- Chacun donne la main à son voisin -

- Symbole de paix, de fraternité -

 

- La force que cela nous donne -

Nous demandons que la vie soit douce

- C'est notre voeu -

Et que tu nous observes d'en haut

- Tout le monde trouve l'amour -

Nous espérons que chaque âme trouvera

- Autour et dedans -

Une autre âme à aimer

Que ceci soit notre prière

Que ceci soit notre prière, comme pour tous les enfants

 

Besoin de trouver un endroit, guide-nous avec ta grâce

Donne-nous la foi alors nous serons en sécurité

Besoin de trouver un endroit, guide-nous avec ta grâce

Donne-nous la foi alors nous serons en sécurité

 








2008-06-30T07:44:00+02:00

la femme cananéenne ; 1ere non juive secourue par Jésus

Publié par sulamite -

Mt 15 : 22
 Et voici, une femme cananéenne, qui venait de ces contrées, lui cria :
 Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David ! Ma fille est cruellement tourmentée
 par le démon.
23  Il ne lui répondit pas un mot, et ses disciples s’approchèrent, et lui dirent
 avec instance :
 Renvoie–la, car elle crie derrière nous.
24  Il répondit : Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël.
25  Mais elle vint se prosterner devant lui, disant :
 Seigneur, secours–moi !
26  Il répondit : Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants,
et de le jeter aux petits chiens.
27  Oui, Seigneur, dit–elle, mais les petits chiens mangent les miettes qui tombent
de la table de leurs maîtres.
28  Alors Jésus lui dit : Femme, ta foi est grande ; qu’il te soit fait comme tu veux.
 Et, à l’heure même, sa fille fut guérie.




Dialoguer, c'est risquer:

elle apostrophe un homme à qui, normalement, elle n'aurait jamais dû parler.

Elle risque et s'en prend plein la figure.

  • Dialoguer, c'est savoir se taire:

  • elle n'en rajoute pas, elle ne répond pas à la provocation,

  • elle ne fait pas la leçon à Jésus en le contredisant.

  • Elle ne met pas d’huile sur le feu.

  • Dialoguer, c'est lui dire avec mes mots ce que j'entends de ses mots :

  • au lieu de s'offusquer, elle reprend les mots de Jésus

  • (les petits chiens, les miettes, la table…)

  • pour les lui retourner.

  • Dialoguer, c'est se laisser toucher:

  • elle est émue et mue par la détresse de sa fille.

  • Et sa compassion lui permet

  • de se dévoiler.

  • Dialoguer, c'est voir au-delà des apparences :

  • malgré les réponses de Jésus, elle continue à penser que cet homme

  • est extraordinaire. Elle l'appelle Maître,

  • elle lui fait confiance.

  • Dialoguer, c'est percevoir ce qui n'est pas dit:

  • elle parie sur la compassion qui habite Jésus, au-delà des mots;

  • elle sait, elle sent, que cet homme peut quelque chose

  • pour elle et elle insiste.

  • Dialoguer, c'est ne pas se laisser dominer par ce qu'on a envie de dire :

  • elle ne répond pas vertement à l'homme qui la traite comme une moins que rien;

  • elle ne laisse rien paraître de la colère qui pourrait l'habiter;

  • elle ne tourne pas les talons

  • de désespoir.

  • Dialoguer, c'est accepter de se remettre en question :

  • elle accepte d’être aux yeux de Jésus et des siens différente, étrangère

  • , pas comme les autres. Et elle accepte de ne pas rester murée dans sa différence,

  • mais d’appeler à l’aide celui qui,

  • pour elle, est un étranger.

  • La Cananéenne connaît l'art du dialogue, pour sûr,

  • toute femme et minorité muette qu’elle est. Inquiète pour sa fille,

  • elle a su se glisser dans un interstice pour convaincre Jésus

  • . Il allait dire « non ».

  • Elle lui dit « oui, mais…. » 

  • Elle a été assez audacieuse pour acquiescer à sa parole, tout en la retournant.

  • Et ce oui appelle le oui de Jésus.

  • Il dit « oui » à la Cananéenne,

  • et ce" oui " l’ouvre à tous les étrangers :

  • à partir de cette rencontre,

  •  Jésus exerce son ministère envers tous ,

  • ne s'arrête pas aux frontières de son pays, de son peuple,

  • mais adresse sa parole de libération

  •  à tous les hommes.



  •  


2008-06-29T20:57:00+02:00

limites

Publié par sulamite -


Notre Dieu,

nos vies sont limitées et il est bien qu'il en soit ainsi.

Nous n'avons qu'un tempérament,

dont nous constatons les réactions et les remontées.

Nous n'avons qu'un métier,

où progressivement nous avons acquis l'expérience et l'aisance.

Nous n'avons qu'un pays,

donné en partage à notre naissance ou à notre adoption.

Nous n'avons qu'un amour, qui nous attire et nous heurte.

Nous n'avons qu'une foi,

même quand nous trébuchons dans son expression

et sa recherche.

Nous n'avons qu'un nom unique,

comme toi-même, le Seigneur de l'univers multiple

tu n'as pourtant qu'un nom unique,

donné en connaissance

et suffisance.

Apprends-nous ainsi à te reconnaître,

à habiter et à aimer nos limites,

afin que nous devenions des arbres plantés,

plutôt que des girouettes agitées

par les vents.

Mais qui dit limites, dit aussi frontières,

les frontières des autres et de toi,

les frontières des nations et des cultures,

des classes et des races, les frontières des dons et des manques,

les frontières de la foi et de l'incroyance.

Notre Dieu,

sans quitter nos limites, nous voudrions aussi

franchir nos frontières, pour vivre le voyage,

le brassage, l'échange et la communion.

Nous voudrions aller là où ne nous porte pas notre origine, comprendre ce que notre formation ne nous donne pas à saisir, faire ce que nos habitudes ignorent,

oublient et parfois méprisent.

Nous voudrions faire comme toi,

qui es le Dieu unique d'un peuple unique

et qui es pourtant aussi le Dieu qui abat les barrières,

qui va et envoie jusqu'aux extrémités de la terre, qui va et envoie jusqu'aux extrémités de l'existence.

Nous voudrions franchir nos frontières

avec toi.

Donne-nous

ainsi, non pas de nous dépasser

prétentieusement,

mais de nous transporter aventureusement.

Donne-nous d'aller, là où nous nous raidissons,

d'aimer, là où nous nous recroquevillons,

de nous lier, là où nous nous refusons.

Donne-nous la force et la joie de franchir

l'infranchissable de chacune

de nos vies.

Amen.




2008-06-29T20:33:00+02:00

Dieu a besoin

Publié par sulamite -


Dieu avait besoin d'un père pour son peuple.
Il choisit un vieillard,
Alors Abraham se leva.

Il avait besoin d'un porte-parole.
Il choisit un timide qui bégayait.
Alors Moïse se leva...

Il avait besoin d'un chef pour son peuple.
Il choisit le plus petit, le plus jeune.
Alors David se leva.

Il avait besoin d'une mère pour naître au monde
Il la choisit dans un village ignoré
Alors Marie se leva

Il avait besoin d'un roc pour poser l'édifice.
Il choisit un renégat.
Alors Pierre se leva.

Il avait besoin d'une femme pour annoncer sa résurrection
Il choisit une prostituée
Ce fut Marie de Magdala

Il avait besoin d'un témoin pour crier son message
Il choisit un persécuteur
Ce fut Paul de Tarse

il a besoin de nous pour que son peuple se rassemble
                          et porte son amour au monde
     Pourquoi s'étonner qu'il nous ait choisi/es
                            dans cette longue histoire ?
    Et même si tu trembles
,
            
pourras-tu ne pas te lever?





2008-06-29T08:12:00+02:00

lumiere

Publié par sulamite -


Jésus ne manque

pas d'ambitionquand il désigne ses disciples comme la lumière du monde

ou la lampe que l'on place sur le lampadaire pour éclairer

les gens de la maison.


Dans ces deux cas, la lumière de la lampe désigne l'Évangile,

demeuré caché pour un temps mais rayonnant désormais

sur l'ensemble de l'humanité depuis la résurrection de Jésus.

Par contre, dans  Matthieu 5 : 14-16

ce sont les disciples qui deviennent la lampe qui brille dans la maison commune de l'humanité, ajoutant même

qu'ils sont la lumière du monde.

Jésus fait un honneur considérable à ses disciples en affirmant

qu'ils sont la lumière du monde.

Telle était en effet la définition que l'on donnait à la Loi de Moïse:

Proverbes 6, 23

« Car le précepte est une lampe et l;'enseignement une lumière. »

Psaume 119, 105

« Ta parole est une lampe pour mes pas, une lumière

pour mon sentier. »

 


Même Israël, au retour de l'exil, purifié dans sa foi, était considéré comme la lumière des nations parce qu'il possédait la Loi et qu'il resplendissait

ainsi de la gloire et de la

lumière de Dieu:

Isaïe 60, 3

« Les nations vont marcher vers ta lumière et les rois vers

la clarté de ton lever. »

 

     Mais voici que Jésus retire ce rôle attribué à la Loi,

à la nation et à la ville sainte pour l'attribuer à ses disciples.

Toutefois les disciples ne doivent pas en tirer orgueil,

puisque la lumière dont ils doivent illuminer le monde

a sa source en Jésus.

Lui seul éclaire le monde en révélant le salut que Dieu veut réaliser par lui: rassembler les membres de l'humanité en un seul peuple de Dieu.

De même qu'on ne place pas une lampe dans un réduit

ou qu'une ville située sur une montagne ne peut

se soustraireà la vue des gens,

les disciples n'ont pas le droit d'empêcher la lumière de l'Évangile

d'atteindre les hommes.

À la toute fin de l'évangile de Matthieu, Jésus ne les envoie-t-il pas annoncer la Bonne Nouvelle à toutes les nations pour

y faire des disciples

Sans négliger l'annonce verbale, l'Évangile est aussi proclamé

par les actes.

 


C'est ainsi que les disciples brillent aux yeux de tous par

l'accomplissement de bonnes oeuvres.

De cette manière, ils rendront gloire à Dieu.

Quelles sont ces bonnes oeuvres?

Dans le judaïsme du temps de Jésus,

ces bonnes oeuvres sont l'aumône, et les actions charitables

comme l'aide aux pauvres, aux veuves et aux orphelins,

la visite des malades, le rachat des prisonniers,

l'ensevelissement des morts.

Ce sont là des gestes de miséricorde permettant aux croyants

d'imiter Dieu et d'être comblés de ses bénédictions.

Si l'on se réfère à la scène du jugement universel

Mt 25 : 31à 46

Jésus élargit cette notion des bonnes oeuvres en affirmant

qu'ils conduisent à la rencontre du Christ,

le frère de tous les malheureux

de la vie.

Les gestes posés avec humilité auront l'éclat de la lumière

la plus brillante, de sorte que les hommes y reconnaîtront

la gloire de Dieu.

Les gestes de miséricorde posés par les disciples

ont un poids inouï, car ils révèlent

l'amour même de Dieu.

     Nous sommes ainsi dans le droit-fil de la parole

du prophète Isaïe:

« Partage ton pain avec celui qui a faim,

recueille chez toi le malheureux sans abri, couvre celui

que tu verras sans vêtement,

ne te dérobe pas à ton semblable.

Alors ta lumière jaillira comme l'aurore, et tes forces

reviendront rapidement. Ta justice marchera devant toi,

et la gloire du Seigneur t'accompagnera (...).

Ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera

comme la lumière de midi. »

Isaïe 58, 7-8.10

 



2008-06-29T07:59:00+02:00

Portrait

Publié par sulamite -


Le portrait de l'Église

est fait de foi partagée, d'amour de Dieu,

de prière commune, de communauté fraternelle rassemblée autour du Christ,

de témoignage, de service des autres et d'engagement.

Pourtant, ce n'est pas une assemblée de personnes naïves,

sans expérience concrète de la vie de l'Église.

Au contraire , tous et chacun ont un lot d'histoires de difficultés,

de contrariétés, de déceptions et pourraient faire un bilan autrement

plus sombre de leur connaissance

de l'Église.

J'ai compris comment les auteurs du Nouveau Testament

les Paul, Luc, Jean de Patmos et autres -

ont pu décrire l'Église en termes idéaux tout en vivant les tiraillements,

les tensions et les ruptures de la jeune communauté.

Ce n'étaient ni des rêveurs ni des menteurs. Mais ils ont su voir ce qui était

en train de naître sous

leurs yeux.

C'était déjà, malgré les « douleurs de l'enfantement », la Jérusalem céleste où,

dans les mots de l'Apocalypse,

« Dieu aura sa demeure avec eux; ils seront son peuple et lui,

Dieu-avec-eux, sera leur Dieu ».

Cette image de l'Église habite notre coeur.

Elle nous fait rêver et elle nous donne du courage quand tout n'est pas à la hauteur du rêve.

N'est-ce pas la vision que nous devrions communiquer

autour de nous?

 


 




2008-06-28T08:14:00+02:00

réalisme (encore ! )

Publié par sulamite -

 Proverbes 27.17
"Le fer devient poli au contact du fer et l’homme
au contact de son prochain".


N’ayez plus jamais peur de la confrontation, elle est une source de progrès
 pour votre vie, votre ministère,
 votre talent !



J’ai souvent rencontré des gens qui voyaient,
 en la personne de quelqu’un de plus doué qu’eux, une menace,
un danger, une rivalité !
Mais c’est une chance, bien au contraire !
 Ces gens fuyaient, évitaient leur prochain pour empêcher qu’il ne fasse de l’ombre
 à leur ministère, à leur don  ou à leurs talents
Quelle erreur ! S’entourer de personnes inférieures à nous ne nous fera
 jamais briller davantage,
 bien au contraire.

Une autre traduction de ce texte induit l’idée suivante :
 "Le caractère de l’homme est aiguisé au contact
 du caractère de son prochain" !


Vous êtes la meilleure  de votre église,
dans votre domaine
et votre place est incontestée ;
mais depuis quelques semaines, une nouvelle, plus jeune,
manifeste un talent supérieur au vôtre.
Vous réagissez si mal ! Vous êtes si loin de vos beaux discours,
parlant de la gloire qui revient à Dieu ;
 pourtant, la petite nouvelle est une chance pour vous ;
 votre talent va être poli davantage,
 vous n’en serez que plus efficace, votre tranchant
vous sera rendu !

Vous êtes le pasteur principal de votre église ;
votre talent d’orateur n’est plus à prouver ;
 mais dans l’équipe pastorale, un jeune homme fait "mieux que vous" ;
comment allez-vous réagir ?
 Ne laissez pas votre ministère perdre son efficacité,
la confrontation à des talents supérieurs aux vôtres est saine ;
voyez-y une grâce pour devenir
 meilleur encore !


Au lieu de vous offusquer,
 de vous fâcher, de concevoir des sentiments de jalousie,
comprenez que c’est l’occasion que Dieu
vous envoie pour polir votre talent,
 pour l’aiguiser
 et le rendre encore plus
 efficace !



Une prière pour aujourd’hui

Seigneur, mon Dieu,
je reconnais que je suis irrité face à cette personne
qui fait indéniablement mieux que moi dans mon domaine de compétence.
 Mais je veux réaliser qu’elle ne constitue en rien une menace pour moi,
mais au contraire une chance et un privilège qui vont me permettre de devenir meilleur encore.
 Je te demande de m’aider à le vivre paisiblement.
 Au nom de Jésus. Amen.






Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog