Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2017-02-28T08:19:34+01:00

prier

Publié par sulamite -

 

Faire 

oraison
 
 c'est faire 
 
l'expérience 
 
que Dieu t'échappe 
 
toujours davantage, 
 
mais que toi tu lui 
 
échappes de 
 
moins en 
 
moins.
 

 

 

Lorsqu'

enfin nous

comprenons que

nous ne te posséderons

jamais parfaitement ici-bas,

c'est Toi qui nous possèdes

trop pour que nous

songions à

reculer

 

prier

Ne

pas se

soucier du

temps qu'il fait

dans notre être, lorsque

nous sommes occupés avec

le Seigneur. Tantôt c'est la

tiédeur d'un été, tantôt

l'austérité d'un hiver :

nous perdrions

notre

sérenité

et notre

disponibilité

à chercher à

connaître  les lois

de ces saisons

capricieuses

A.M Besnard

 

 

2017-02-24T08:24:53+01:00

Art

Publié par sulamite -

 

 je

ne partage

pas l’avis de

certains bigots

qui pensent qu’il faut

supprimer tous les

arts au nom de

l’Évangile...

M Luther

 

Art

 

 

 

Profondément

croyant, Ciry s'est

fait le serviteur de la

foi qui l'anime. Combattant

la stérilité d'un art dénué de spiritualité,

il aspire à traduire dans son œuvre la richesse

et la beauté de l'univers du Créateur,

engagement chrétien autant qu'

artistique et moral. Animant

d’une lumière insolite ses

toiles et ses aquarelles,

Ciry confère un

caractère

sacré

à

sa

production

et possède une

maîtrise du dessin

et un sens de la couleur

peu communs.

 

 

2017-02-21T10:28:33+01:00

schibboleth

Publié par sulamite -

 

 

Henri

Meschonnic

attire l’attention

sur ce qui serait selon

lui, une différence marquante

dans la compréhension du texte

hébreu de Psaume 22,2 :

éli éli lama cazavtani.

On le traduit le plus

souvent ainsi :

Mon Dieu,

mon

Dieu,

pourquoi

m’as-tu abandonné ?,

mais Meschonnic lit autrement

le mot lama : non "pourquoi ?", mais

"à quoi ?", à la suite d’une subtile

discussion portant sur la place

de l’accent tonique noté

pour ce mot par les

Massorètes :

lamá 

(vers quoi, à quoi ?)

et non láma

(pourquoi ?).  

 

 

schibboleth

Selon

lui, il faudrait

donc comprendre ainsi

le texte hébreu : Mon Dieu

mon Dieu / à quoi m’as-tu abandonné,

à la différence du texte grec de

la Septante suivi

littéralement

par

Matthieu

lorsqu’il traduit

en grec l’araméen de

Jésus sur la croix (léma

sabakhthani, Mat. 27.46),

de même que par Jérôme et

finalement par la quasi totalité

des versions modernes. Pour elles,

affirme Meschonnic, c'est toujours :

pourquoi m'as‑tu abandonné ?,

un pourquoi de plainte,

d'incompréhension.

Pour lui, le

sens

de

l’hébreu

n'est donc pas

"pour quelle raison ?"

mais "dans quel dessein ?",

ce qui changerait considérablement,

à son sens, la portée de cette phrase

fameuse dans l'expression par rapport

au divin Et ce changement aussi

capital que peu aperçu repose

sur  un déplacement

d’accent d’une

syllabe  sur

un petit

mot

,,,

C’est

ce qu’on

appelle

en linguistique

un schibboleth 

Un schibboleth,

en hébreu est une phrase

ou un mot  avec un accent spécifique

 qui ne peut être utilisé – ou

prononcé – correctement que

par les membres d'un groupe. Il

révèle l'appartenance d'une

personne à un groupe :

national, social,

professionnel

ou

autre.

Autrement

dit, un schibboleth

représente un

signe de

reconnaissance

verbal non

écrit

 

 

 


 

 

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog