Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2015-09-30T09:51:42+02:00

lire

Publié par sulamite -

"Dans

la lecture,

il peut arriver

un moment où

le lecteur, comme

l'auteur lui-même

se sent dérouté.

Mais cette

déroute,

cet

lire

égarement

hors du chemin

déjà tracé du savoir,

est l'expérience

même

de la

vie."

Le

questionnement

fait échapper à

l'idolâtrie.

2015-09-29T09:55:59+02:00

art

Publié par sulamite -

"L'art est comme la prière, une main tendue dans l'obscurité qui veut saisir une part de la grâce, pour se muer en une main qui donne."

art

"

2015-09-29T08:49:33+02:00

chercher

Publié par sulamite -

Cherche

l’amour.Pour

le trouver, cherche

le même après l’avoir

trouvé. Pour le trouver,

il faut le chercher car il

est caché ! Même

après l’avoir

trouvé,

il

chercher

faut

chercher

encore, car

il est immense…

M A Ouaknin

2015-09-28T10:16:31+02:00

feuille de miel

Publié par sulamite -

On

retrouve

dans plusieurs

pays une tradition

qui consiste à enseigner

à l'enfant l'alphabet hébraïque

en associant la nourriture physique

l'aliment spirituel . Une jolie

coutume est de couvrir de

miel les lettres

imprimées

sur

feuille de miel

une

carte

plastifiée.

L'enfant léche

chaque lettre en la

prononçant;ainsi il "mange "

les lettres , et le savoir

est désormais

associé à la

douceur

...on

mange

des lettres ,

des mots , du

langage . Les choses

bonnes à manger

sont bonnes à

penser

2015-09-27T09:04:02+02:00

ouvert/fermé

Publié par sulamite -

A

propos

de la phrase

« Que ton nom

soit sanctifié » Vous

évoquez l’idée qu’il faut

laisser Dieu être

toujours autre

que ce que

nous

en disons…

Le principe premier

que je vois derrière cette

phrase,c’est le commandement

« tu ne feras pas d’idole ». Une idole

renferme à mon sens nos représentations

projetées et fermées de Dieu.

Pourtant, il faut laisser Dieu

être différent de ce que

nous pensons

de lui.

ouvert/fermé

L’

enfermer

dans notre Église,

dans notre théologie,

dans notre expérience

est une tentation constante.

Or il me semble que la notion de

« sanctification » du nom de Dieu

signifie laisser Dieu être Dieu et le

détacher de nos représentations.

Cela correspond à une théologie

et à une spiritualité qui

tentent de rester

ouvertes.

A Nouis

2015-09-23T08:33:27+02:00

crise de l’intime

Publié par sulamite -

Le

plus

grand

dérèglement

auquel l’humanité

est confrontée aujourd’hui

est indéniablement le déluge d’information,

celui des images et des paroles, qui ne

permettent plus vraiment de se retrouver

“chez soi” et qui submergent l’homme

de rumeurs et d’informations à

l’infini, noyant l’accès au

livre,à la lecture et à

l’interprétation,

rendant

difficile l’imagination

créatrice qui ouvre à ce

que la Philosophie nommait

jadis “transcendance”.

À partir du

moment

crise de l’intime

on

est surexposé

dans l’information

de soi par rapport aux

autres, il n’y a plus la possibilité

de se retrouver “chez soi” et d’avoir

une intimité...C’est ce que j’appelle

une crise de l’intime.

M A Ouaknin

Mais

toi, quand

tu veux prier,

va dans la pièce

la plus cachée de

la maison. Ferme la

porte et prie ton Père

qui est là,dans cet

endroit secret.

Mt 6:6

2015-09-22T09:20:07+02:00

renouvellement

Publié par sulamite -

La

santé

se dit en

hébreu : béryioute ,

qui vient de béryia , qui

signifie "création du monde "

Etre en bonne santé , c'est donc ,

pour la pensée hébraïque , retrouver

la dimension et les modalités de la

"création ", re-création incessante

de soi et du monde . Ce

dynamisme est

possible si

l'homme

ne se

vit

renouvellement

pas

comme

une structure

achevée , mais

un incessant devenir . Il

ne faut pas voir le monde en

ce qu'il est mais dans son

en-train-d'être et son

en-train-de-naître

M.A.Ouaknin

Amis

très chers,

dès maintenant,

nous sommes enfants

de Dieu, mais ce que

nous serons plus

tard, cela reste

encore caché.

1Jn 3;2

2015-09-21T09:41:40+02:00

manger le livre

Publié par sulamite -

''Manger

le livre'' est

une expression

issue de l'Ancien

Testament. Mais c'est

bien ce qu'il faut faire pour

être profondément touché

et transformé par

un livre. »

.Même

si,

manger le livre

au

regard

de celui qui

observe une personne

en train de lire, celle-ci

peut paraître passive,la lecture

est un acte qui demande un

profond engagement.

Elle met en œuvre

un travail

intérieur

où le

psychisme

assimile, digère,

transforme

ce qu'il a

lu

2015-09-21T09:01:12+02:00

bibliothérapie

Publié par sulamite -

Marc-

Alain Ouaknin

publieen 1994 un

essai qui a fait date

:Bibliothérapie.Lire, c’est guérir.

Il introduit cettespécialité dans l’hexagone

et rappellecombien la lecture peut

permettre de sortir d’un

enfermement

toxique

et/ou

de

se

réinventer.

Tout

l’intérêt

de ce petit

livre revigorant

réside dans le dépassement

du prêt-à-porter de la psychologie

grand public. Il rappelle combien le mieux-être

ne peut se trouver dans des ouvrages

inspirés des thérapies

comportementalistes

qui sévissent dans

le monde anglo-

saxon:Qui

a déjà

été

émerveillé

et réveillé par

une pensée convenue

et bourrée de

stéréotypes ?

bibliothérapie

M.A.

Ouaknin,

dans « Bibliothérapie »,

rappelle de façon fort pertinente

que la pensée occidentale (opposée à la

pensée biblique) est axée sur la « saisie », la

classification, le déterminisme(soit le fait

de « coller une étiquette » sur

quelqu’un), la division,la

conceptualisation…

« une logique de

la prise », « une

pensée rapace

qui griffe et

déchire ».

....

2015-09-19T08:12:19+02:00

paternité

Publié par sulamite -

le

terme

« Père »

renvoie à

une image masculine

de Dieu. Pourquoi ?

Derrière le mot

« Père », je ne

tiens pas

tant

à

souligner

l’aspect masculin

que la paternité. Dans

le registre symbolique, ce

qui qualifie la paternité c’est

l’adoption. Pour le dire de manière

un peu caricaturale : lorsque

l’enfant naît, la mère est

« naturellement »mère

puisqu’elle possède

un lien physique

depuis des

mois

paternité

avec

le nouveau-né,

par contre pour le

père il s’agit de choisir

de devenir ou pas le père

de cet enfant. Je ne suis donc

pas contre féminiser Dieu

mais contre le

materniser.

Maintenir

la

notion

de « Père »,

c’est maintenir

la notion d’adoption

et donc d’alliance, qui

relève d’un choix de Dieu

qui s’associe à son peuple, qui

choisit l’humanité, et que la notion

de paternité symbolise bien je

trouve. Dans les Écritures,

on trouve des versets

qui évoquent

plus

la

figure

maternelle,

et nous devons

colorer la notion de

paternité de ces symboles

de miséricorde, de soin,

mais sans l’abandonner.

A Nouis

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog