Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2017-02-17T09:07:11+01:00

Jn 8

Publié par sulamite -

 

Le

titre

donné à

ce passage,

" La femme adultère ",

peut paraître suspect. En

montrant ainsi du doigt la seule

femme, nos traducteurs ont

perpétué l'attitude des

scribes et des

pharisiens.

S'ils

avaient

choisi comme

titre " De l'adultère ",

on aurait pu entendre,

comme jésus essaie de le

faire comprendre à ses interlocuteurs,

qu'ici c'est l'acte qui est en cause

et non la personne qui l'a

commis. Faut il rappeler

aux traducteurs,

comme

aux

scribes

et aux pharisiens,

que pour être adultère

il faut être deux, un homme

et une femme ? Or, dans la scène

de l'évangile, l'homme, l'amant, l'amoureux

n'est pas là. Pas plus d'ailleurs que le

mari dont on ne parle jamais, alors

qu'il est (normalement) le

principal intéressé dans

l'affaire. Pourtant,

le texte revient

à deux reprises

sur le fait

que

Bon , on est d'accord , le sexisme n'existe pas !

Bon , on est d'accord , le sexisme n'existe pas !

la

femme

a été " surprise

en flagrant délit d'adultère ",

donc forcément dans les bras

de son amant.L'absence de ce

dernier est tellement criante

qu'il n'est pas interdit de

supposer que le mari

et lui sont parmi les

scribes et les

pharisiens

qui

vocifèrent.

Mais, plus

fondamentalement,

pour les scribes et les

pharisiens, seule la femme

peut être adultère. L'homme

est amoureux. La femme, elle,

n'aime pas. Elle est perverse, elle

détourne l'homme. Voilà bien un

signe du machisme des scribes

et des pharisiens, défenseurs

du système patriarcal,

mais aussi de celui

des traducteurs

du Nouveau

Testament.

...

 

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog