Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

2010-12-26T08:38:00+01:00

Noël

Publié par sulamite -

 

 

 

 il fait

nuit dans notre

monde. Noël, ça se passe la nuit,

dans les ténèbres, parmi des gens qui vivent

dehors au froid et aux intempéries

et dont la vie n’a rien de romantique.

« Près de là, des bergers

passaient la nuit

dehors à

veiller sur leurs

troupeaux. »


C’étaient

des marginaux,

exploités par des grands

propriétaires qui les traitaient comme des esclaves.

Garder les troupeaux faisait partie

des travaux impurs

Remarquons

la datation du récit de Luc :

lorsque César Auguste promulgua

le recensement  de tout le pays.

Cet évènement avait

provoqué

de nombreuses révoltes

partout dans l’empire romain

. On augmentait les impôts et comme

toujours l’on prenait aux pauvres

pour donner aux riches.

Dans le contexte

de l’occupation

militaire des Romains,

ce recensement fit déborder

le vase et le pays fut à feu

et à sang…

 

Noël

affirme qu’avec

Jésus, un monde nouveau apparaît

et c’est à des pauvres sans noms

qu’est confiée l’annonce

de la bonne nouvelle.

La prophétie

de Joël s’accomplit :

toute l’humanité devient

prophète; fait curieux dans la bible,

pour l’une des rares fois, le texte de Joël

repris par Pierre est

féminisé :


Alors

vos fils

et vos filles

prophétiseront…

. je verserai mon Souffle

sur mes serviteurs

et mes servantes.

Joel 2 ; 28


Jésus sera

entouré d’hommes

et de femmes qui le suivront

jusqu’à la fin, à Jérusalem.

Tous et toutes seront remplis du

Souffle qui recrée le monde

à partir du chaos.

C’est Pierre

qui cite ces paroles

le jour même de la Pentecôte;

il affirme que tous les disciples hommes

et femmes sont des prophètes

de Dieu.

 

 

 

Un autre

monde est possible,

enfantons-le par le Souffle de Dieu !

Une autre Église est possible,

une Église de Noël,

où tous, hommes

et femmes,

vieillards et enfants

sont prophètes du

Seigneur.

 

 


 

 


2010-12-25T10:10:00+01:00

Noël, étymologie et histoire

Publié par sulamite -

 

 

 



Le mot « Noël »,

apparu au début du XIIe siècle,

est une évolution de « Nael », lui-même

venant du latin natalis qui signifie

« relatif à la naissance ».

Le tréma

est apparu au

XVIIIe siècle pour noter

la diérèse (prononciation dissociant

deux voyelles en deux

syllabes).


La date de Noël

Les Évangiles

ne précisent aucune

date pour Noël. Les rares éléments

donnés par l’évangéliste Luc permettent

d’estimer que la Nativité a probablement

eu lieu vers l’an 5 ou 6 avant

notre ère, mais sans

qu’un jour précis

soit connu.

Pour

les premiers

chrétiens, la fête de Noël

n’existait pas : seule comptait

Pâques, fête de la Résurrection. La naissance

de Jésus a ensuite été célébrée le 6 janvier,

jour de la Théophanie.

C’est vers 330

que Noël

a commencé à

être fêté à Rome le

25 décembre. Cette date

correspondait à deux importantes

fêtes païennes. D’abord

la naissance de

Mithra,

dieu d’origine

perse, longtemps concurrent

du christianisme dans l’Empire romain,

dont la tradition rapporte qu’il

était né d’un rocher.

Le 25 décembre

était surtout à Rome la fête

de « Sol invictus », le Soleil invincible

, célébrée au moment où les jours commençaient

à rallonger et au cours de laquelle on

allumait de grands feux. Les

Romains ont peut-être

repris ici une

tradition

des Celtes qui

fêtaient de la même

manière la naissance du Soleil.

De Rome, la célébration de Noël au 25 décembre

s’est ensuite étendue à tout le monde chrétien,

sauf l’Arménie qui continue à célébrer

cette fête le 6 janvier.

Chez les chrétiens

d’Orient

, à cause du décalage

de treize jours entre notre

calendrier grégorien et le calendrier

julien toujours en usage, Noël sera célébré

le 7 janvier (25 + 13), 25 décembre

du calendrier

julien.

 

 

 


2010-12-24T09:12:00+01:00

Disney Merry Christmas - Joy to the World

Publié par sulamite -

 

 

 

 

 

Joie


dans le monde


Le Seigneur est venu

Que la Terre recevoive son roi


chaque coeur ,

Préparez-lui chambre

Et le ciel, que le ciel

Le ciel et la nature

chantent


Allez dire sa gloire


Allez crier l histoire


le Sauveur est né





-champs et troupeaux


collines et  plaines


Répéter la joie


Chantez a joie au monde

Pour le règne  du Sauveur

Et Son flot de bénédictions



toutes les nations

Rejoignez le triomphe du ciel

Avec des hôtes angéliques


proclamez


Gloire au


Roi

 

 

 

 


Joie pour le monde
Le Seigneur
est venu

2010-12-24T08:18:00+01:00

Noël et l’Espérance

Publié par sulamite -

 

 

 


 

 

Dieu


entre dans l’histoire


et la géographie

 

 

L’Incarnation,


voilà le vrai défi


D’un Dieu qui se rend proche


Tout en étant si loin.


Ce Dieu inconnaissable  


S’est donc fait tout petit


Pour le bonheur des


hommes.

 

-Je ne


veux pas les armes ;


  Je désire la paix ,


  Car j’aime la justice  


  Avec la charité.  

 

Même si


ma parole est un glaive tranchant,


  Qui met les cœurs à nu, décalogue exigeant,

 

  Je respecte les êtres et ne les détruis pas ;


  J’invite tous les hommes


à l’éternel repas.


 

 - Je veux suivre,


Seigneur, toutes tes volontés,


   Et libre, je m’avance dans la douce clarté


   De ta grâce irisante, singulière bonté.


   Je te reste soumis, mais sans


être enchaîné.    

 

Je suis le Dieu


qui vient dans la brise légère,


  Celui qui rend visite dans le souffle apaisé


  Du zéphir caressant la frêle primevère


  Et mon feu sans brûler tient


les cœurs embrasés.  

 

Le vacarme


incessant des mégapoles hautaines  


  Empêche l’éclosion du silence intérieur.


  Mon âme a soif de toi, admirable fontaine !


  C’est toi que je recherche, fleuve


aux mille couleurs. !  

 

 - Comme tombe


la neige en blanc manteau d’hermine


  Et recouvre sans bruit le sol blanchi de givre,


  La grâce de Noël sans fin nous illumine :  


  Jésus, avec toi veux vivre !


 

                                        


 P-JArnaud

 

 


 

2010-12-22T09:55:00+01:00

je laisse à tes pieds

Publié par sulamite -

 

 

 

 

je laisse

à tes pieds mes fardeaux.

devant toi, je dépose

tous mes soucis.

et chaque

fois que je ne sais

pas me dirirger, j'abandonne

à tes pieds mes

fardeaux.

 

 

 

 

 

je laisse

à tes pieds mes

fardeaux. devant toi,

je dépose tous mes soucis.

et chaque fois que je ne sais pas me diriger,

j'abandonne à tes

pieds

mes

fardeaux,

j'abandonne à

tes pieds mes

fardeaux.

°°°

 

 


 

 

 


 

2010-12-22T09:49:00+01:00

Emmanuel

Publié par sulamite -

 

 

 

 

« Qui

pourra soutenir

le jour de sa venue?

Qui pourra rester debout lorsqu’il

se montrera? Car il est pareil

au feu du fondeur, pareil

à la lessive des

blanchisseurs. 

Mal3, 2


Le prophète

Malachie attend

la manifestation glorieuse

de Dieu, qui mettra fin aux règnes

de corruption et d’injustice. Dieu viendra

purifier l’humanité comme la lessive

nettoie les tissus souillés ou comme

le feu brûle les scories.

Si le mal

doit être arraché

de la nature humaine, ce ne

sera pas de tout repos! N’empêche que le but

n’est pas la destruction, mais bien la purification.

Puisque nous sommes tous atteints à de degrés

différents par le péché, le prophète

ne voit personne capable de

tenir debout lorsque le

Seigneur

se montrera.

Pour les

disciples du Christ,

Dieu est venu nous visiter,

de façon inattendue, par la

naissance de Jésus. Et personne ne tient

debout devant l’enfant de la crèche.

À genoux devant cet enfant,

le mal qui s’agrippe à nos

cœurs endurcis fond et

lâche prise;

puis nous sommes

blanchis par le regard

aimant qu ’Emmanuel pose sur nous.

Joyeux Noël,

au jour de sa

venue!

 

 

 


 

2010-12-21T09:28:00+01:00

reconaître les erreurs du passé

Publié par sulamite -

 

 

 

 

 

 

C'est

un événement !

les responsables des Amish

sont allés en Israël demander pardon 

Une délégation est ainsi sortie

des USA pour la 1ère fois,

et elle  a rencontré

le rav Rabinowitz

du Kotel pour

demander

pardon pour

l'idéologie antisémite

dans laquelle ils ont été enseignés depuis

leur création au 17e siècle, 

pour avoir affirmé que

le peuple juif était

abandonné

à son sort, et pour

leur silence durant la Shoah

qui serait le résultat d'une punition divine.
Ils ont rédigé un parchemin sur

lequel ils présentaient

solennellement

leurs

excuses,

"pour leur faute

collective, leur arrogance et pour

avoir fait abstraction des

souffrances du

peuple de

Dieu".

 

 


 

 


2010-12-20T08:24:00+01:00

La dissidence dans l’Église : péché ou liberté

Publié par sulamite -

 

 

 

Dans

les choses

essentielles ,

l'unité


Dans

les choses

secondaires ,la

liberté


En

toutes choses ,la

charité

 


Melanchton

 

 

 

Trois
valeurs qui
doivent être maintenues
en interaction dynamique.
Et s’il faut parler de péché il est
probablement là où l’une ou
l’autre de ces
valeurs
est négligée
ou méprisée.Le défi
est donc de les tenir ensemble,
non seulement dans la sphère des considérations
abstraites mais dans les réalités concrètes
de la vie de l’Église.
 Étymologiquement,
dissidence
proviendrait
de dis-sedere
(s’asseoir à distance)
et qualifierait la condition
de la personne qui prend de la
distance par rapport à un
enseignement.

 

 

La
solidarité
s’exprime dans la
volonté de construire avec les
autres la même réalité sociale, ecclésiale
de participer au même projet
de s’identifier à la cause
commune et de promouvoir
le bien commun.
La
dissidence
exerce une fonction
essentielle. Si une société
supprime
la
dissidence,
elle perd sa vitalité, elle ne découvre
pas sa capacité de se renouveler, elle commence
à s’atrophier, elle ne sera pas capable de s
adapter à de nouvelles
Conditions historiques.
Mais il
faut que
la dissidence soit
authentique, c’est-à-dire
qu’elle soit fondée sur la solidarité.
La dissidence exprimée par
quelqu’un qui ne
Partage
Pas
le souci
du bien commun ou qui
est inspirée par une vision contraire
au projet commun est inauthentique et joue un rôle
destructeur dans la vie de la société.
D’autre part, se taire, ne
pas exprimer ses
perceptions
Critiques,
nuit aussi à la
société. Le conformisme consiste
à suivre sans aucune réflexion les positions
adoptées par les Autorités,
L'évasion , à préfèrer
ne rien dire.
Le
dialogue
est une dimension
nécessaire de la société authentique.
Les autorités doivent écouter les voix dissidentes
et s’engager dans un dialogue avec elles : le bien commun
n’est pas une réalité statique, il est plutôt une réalité
dynamique animée par un dialogue entre
les autorités et les membres
de la communauté
°°°

 


 



 

 

2010-12-19T08:40:00+01:00

Le Bon Samaritain

Publié par sulamite -

 

 

 

 

 


Qui est

mon prochain ?

Une question qui ne perd pas

de son actualité !! …

tout comme

la

parabole

même du Bon Samaritain,

qui à travers les âges, interroge

tout chrétien désireux de

traduire l’enseignement

de Jésus dans

sa propre vie.

Preuve

en est notamment

le nombre important

d’illustrations, de gravures, de

tableaux de maîtres ... qui

interprètent le sujet

de diverses

manières.

Une des

représentations

les plus touchantes

est sans doute la version

de Vincent Van Gogh (1890).

En reproduisant une

oeuvre

d’Eugène Delacroix

(qu’il n’a probablement vue

que sous forme de

gravure noir

et blanc)

Van Gogh met

dans cette toile tout

son vécu, toute sa souffrance,

toute son affection pour l’humanité.

En relisant la biographie de l’artiste

on reconnaît en lui tant le côté

« Samaritain » que celui

de la victime qui a besoin

d’être secourue.

Lassé

par les études

théologiques qui lui

semblent inutiles et abstraites,

face à la souffrance des pauvres,

il part comme prédicateur dans le Borinage

en Belgique. En partageant la condition

humaine des plus pauvres, le jeune

Van Gogh est persuadé d’aider

au mieux ces gens

totalement

démunis.

En

quittant

plus tard sa

vocation de prédicateur

pour se tourner définitivement

vers la peinture, l’artiste n’abandonne

pas pour autant sa spiritualité

sa foi et la Bible restent

des repères constants

dans sa vie.

« La

peinture

est une démarche

pour aller de l’ombre

à la lumière »

écrit

Vincent lui-même

dans une de ses précieuses

lettres à Théo son frère, une démarche

proche de celle de la

prière ou de la

méditation.

 

 

van_gogh.jpg

 

 

 

 

Dans

le tableau

du Bon Samaritain,

un subtil jeu de couleurs chaudes

et froides disposées en

diagonale

divise la

toile

en deux parties.

Le Samaritain baigne

dans des couleurs jaunes

lumineuses et chaleureuses si chères

à Van Gogh, tandis que le fond

de la toile se compose de

couleurs froides peu

accueillantes.

La lumière

qui

émane du

Samaritain a déjà été

transmise à l’homme blessé qui,

sous nos yeux, recouvre tout

doucement la vie -

l’artiste

matérialise

de façon émouvante

la transmission de l’amour qui

donne vie.

Ce jeu

de couleurs,

la fougue des traits,

la force inébranlable du

Samaritain qui met tout son amour

au service de l’inconnu traduisent

parfaitement les sentiments du peintre

qui est à la recherche de consolation

mais est aussi plein d’amour

et de générosité.

Les sujets

religieux

à vrai

dire

sont rares ;

à côté du Bon

Samaritain, on connaît la

résurrection de Lazare et la Piéta.

Ce n’est sans doute pas un hasard si

toutes ces œuvres sont

inspirées de grands

artistes comme

Rembrandt

ou

encore

Delacroix

et qu’il les a

réalisées à l’asile de Saint Rémy

quelques mois avant sa mort. Van Gogh

hésitait à toucher au sacré par appréhension

de représenter de façon

forcément imparfaite

le divin.


« J’ai

gratté

une étude peinte,

un jardin des oliviers,

avec une figure du Christ bleue

et orangée, un ange jaune…

parce que je me suis

dit qu’il ne faut pas

faire des figures

de cette portée

sans modèle »

(lettre

juin

1888 à Théo).





Malgré

son hésitation

à toucher au Sacré,

il trouve dans la peinture religieuse

une consolation en cette période de sa vie.

«  …étant malade, je cherche

à faire quelque chose pour

me consoler,

pour

mon

propre plaisir… »

ou encore,

« ..dans le souffrance

même, quelques fois des pensées

religieuses me consolent

beaucoup.. »



« Tout ce

qui est véritablement

bon et beau, de beauté intérieure

morale, spirituelle et sublime dans les hommes

et dans leurs œuvres, je pense que cela

vient de Dieu et que tout ce

qu’il y a de mauvais et de

méchant dans les

œuvres

des hommes et dans

les hommes, cela n’est pas

de Dieu et Dieu ne trouve pas

cela bien non plus. » 

« Cherchez

à comprendre

le dernier mot de ce que

disent dans leurs chefs-d’œuvre

les grands artistes, les maîtres sérieux,

il y aura Dieu là-dedans. Tel l’a écrit

ou dit dans un livre, et tel

dans un tableau. »

« Puis lisez

la Bible tout bonnement,

et l’Évangile, c’est que cela donne

à penser et beaucoup à penser,

et tout à penser.

Hé bien,

pensez ce

beaucoup, pensez

ce tout, cela relève la

pensée au-dessus du niveau

ordinaire, malgré vous. Puisque

l’on sait lire, qu’on

lise donc ! » 

Le Christ

seul a affirmé

comme certitude principale

la vie éternelle, l’infini du temps,

le néant de la mort, la nécessité et

la raison d’être de la sérénité

et du dévouement.

Il a vécu

sereinement,

en artiste plus grand

que tous les artistes, dédaignant

et le marbre et l’argile et la couleur,

travaillant en chair vivante.

C’est-à-dire que cet artiste

inouï et à peine

concevable,

avec l’instrument

obtus de nos cerveaux

modernes nerveux et abrutis,

ne faisait pas de statues, ni de tableaux

ni de livres : il l’affirme hautement, il faisait...

des hommes vivants, des immortels.

C’est grave ça, surtout parce

que c’est la vérité.

 Ce grand

artiste n’a pas

non plus fait de livres ;

la littérature chrétienne, certes,

dans son ensemble, l’indignerait,

et bien rare sont dans celle-là

les produits littéraires qui,

à côté de l’Évangile

de Luc,

des épîtres de Paul –

si simples dans leur forme

dure et guerrière – puissent trouver grâce.

Ce grand artiste – le Christ –

s’il dédaignait d’écrire

des livres sur les

idées

a certes

bien moins dédaigné

la parole parlée , la Parabole

surtout.

 Ces

considérations

nous mènent bien loin, bien

loin ; nous élevant au-dessus de l’art même.

Elles nous font entrevoir l’art

de faire la vie,l’art

d’être

immortel-vivant.

Elles ont des rapports

avec la

peinture.



Je

ne crois

pas que ma folie serait

celle de la persécution, puisque mes

sentiments à l’état d’exaltation donnent

plutôt dans les préoccupations

d’éternité et de vie

éternelle. 

Il faut

une certaine

dose d’inspiration, de rayon

d’en haut, qui n’est pas à nous pour

faire les belles

choses.

 

 


 



 

 




2010-12-18T10:10:00+01:00

Roby Duke - I Shall See God

Publié par sulamite -

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est

presque

comme si quelqu'un etait là
Et je ne sais pas ce que je donnerais

pour voir le visage qui semble

me regarder
je donnerais toute ma vie pour connaître ses voies

Mais, à quel point je ne sais,

je ne suis pas fou

Je n'ose le dire

Tout en marchant sur la terre
je fais un pas à travers la porte ,

Là où le temps n'est plus

Je verrai

Dieu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Âgé

beaucoup

plus vieux maintenant, je crois encore

Que, lorsque tout le reste s'en va

le Rocher des Ages est là pour moi
Je vais rester "jusqu'au jour où j'entendrai

la musique de la liberté
Je vais voir la paix

parfaite, l'amour parfait

Enfin je ferai face à Lui
Je verrai Dieu

Je le verrai
Je le verrai

 

 

 


Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog